La tâche

La tâche

Accueil

Informations pratiques

Date / Heure
Date(s) – vendredi 23 août – jeudi 29 août
0h 00

Lieu
Salle des fêtes de Valcivières
Le bourg
Valcivières
63600

Chargement de la carte…
La tâche

Amandine Dorel (chorégraphe) et Clémentine chapon (plasticienne textile)

Résidence

Crédits :

Public : Tout public

Comme phénomène naturel, ordinaire, extraordinaire
Comme motif sur le paysage, comme motif du paysage

L’association Le Cri de la Fourmi développe un protocole de création qui s’attache aux espaces ruraux. Les artistes vont arpenter le territoire, aller à la rencontre des habitants pour prendre les premières mesures, appréhender les différentes matières in situ, faire les premières coutures de leurs tâches.

L’objectif est d’observer le paysage, d’être le spectateur d’un phénomène, d’un mouvement chorégraphique, d’une inscription graphique dans le paysage. L’idée est également de tisser un lien avec des complices qui participeront au temps de restitution.

INTENTION
« Les phénomènes eux-mêmes ne nous apparaissent pas, ils sont vécus »
E.Husserl
Une tentative d’interroger le phénomène, par la performance et par une installation
plastique.
S’attacher au phénomène quelle qu’en soit sa nature ou sa puissance. Qu’il soit climatique, animal, végétal, qu’il soit récurrent, exceptionnel, perturbateur ou non. Cette proposition sera portée par le paysage, par le territoire géographique.
Il y a peut-être cette notion d’illustrer, de donner à voir ce qui relève de notre hauteur humaine et ce qui est un peu au-delà – taille, puissance, de ce qui agit sans notre intervention, sans notre volonté.
Il y a également ce désir d’expérimenter notre capacité à modifier ou à amplifier la perception que l’on a du paysage.
Et il y a cette idée d’inviter le spectateur à vivre le phénomène, c’est-à-dire de le voir, de le suivre, puis de l’éprouver.
Nous questionnons la perception visuelle et émotionnelle du phénomène dans un paysage quelle qu’en soit sa nature.
Jouer avec le territoire déployé devant nous, les lignes de fuites du regard, les surfaces, les profondeurs et les points de fixation possibles. Notre projet explore le corps pris dans le territoire, agissant et agi par, traversant, mais aussi transformant le paysage.
Donner à voir pour le public

Chorégraphier le phénomène sur un espace donné en pleine nature, un ballet de trois taches avec la collaboration d’un groupe de danseurs amateurs du territoire. Proposer de percevoir la scène depuis des points de vue différents et une ambiance sonore propre, attachée à chacun de ces lieux.
Ainsi prendre pour surface le panorama, faire circuler, passer, agir le phénomène pour ensuite inscrire ces faits sur cette même surface. Impression de motifs sur paysage, comme résultats de l’évènement.
Entre les déplacements des taches /phénomènes et les circulations piétonnes/humaines, faire un écho.
« Le phénomène, c’est le fait en mouvement, c’est le passage d’un fait à un autre, c’est le fait qui se transforme d’instant en instant. » P. Janet, La Crise

Dans votre agenda

Tout de suite après

Autre

La colline aux corbeaux

Héliane Bernard Christian – Alexandre Faure
conférence
mardi 29 octobre

Cinéma la Façade, Ambert

Pas très loin

Atelier

Atelier pointe sèche



mardi 27 août

Manufacture d’images, Ambert