Les années

Les années

Accueil

Informations pratiques

Date / Heure
Date(s) - samedi 2 décembre
20h 30 - 22h 00

Lieu
Salle des fêtes de Saillant
Le Bourg
Saillant
63840

Chargement de la carte…
Les années

Athra et Cie

Théâtre

Crédits :

Public : Tout public

Avec le projet Les années, il s’agit de revisiter notre histoire collective depuis l’immédiat après-guerre jusqu’aux années 2000 à travers la voix singulière d’une femme auteure dont l’écriture et le parcours individuel témoignent des nombreux bouleversements, glissements, conflits frontaux, larvés ou latents qui ont prévalus tout au long de cette période. Il s’agit de donner voix et corps aux changements de société auxquels chacun prend part avec ou malgré lui, par la force du temps, des temps. Et de poser cette question : Comment agir sur le monde ?

Évocation grâce à la puissance des mots mais aussi des images, photos, films, archives et des sons, chansons d’abord et des pubs ou des discours politiques.

Voyage doux et cruel… Par la voix d’une femme qui a traversé ces années.

« Grâce à la puissance d’évocation des Années, grâce au récit minutieux de tous les changements qui ont eu lieu en plus d’un demi siècle dans le corps de l’être mais aussi dans le corps social, le texte d’Annie Ernaux propose une sociologie de notre époque et nous permet d’observer, tels des ethnologues de notre propre vie, les évolutions de notre société et de nos mentalités : comment la famille, le sexe, le rapport homme/femme, le rapport au territoire, le rapport au temps ont été marqués par l’accès aux études d’un plus grand nombre, l’arrachement au monde paysan puis ouvrier, l’avènement d’une classe moyenne optimiste, et la possibilité pour les femmes de choisir leur destin.
A la suite des Yeux ouverts, et presque dans un même mouvement, j’ai ressenti le besoin de poursuivre ce travail qui consiste à dire le réel dans sa complexité et son opacité. Après le constat philosophique et politique ainsi qu’un appel à de nouvelles utopies pour rouvrir la carte close du monde, il me semblait nécessaire de revisiter notre XXème siècle pour comprendre comment le monde avait pu se fermer, comment nous avions pu en arriver à intégrer dans nos corps, nos désirs mêmes, l’idée selon laquelle nous étions impuissants, spectateurs de nos propres vies. La voix singulière d’Annie Ernaux s’est alors imposée. Parce que dans Les années, elle restitue notre mémoire. Parce que cette mémoire est accrochée (arrachée) à la chair même, chair vive, brûlante, d’une vie, d’une vie de femme. A partir de douze photographies correspondant à douze moments des 70 dernières années de sa vie de femme, elle saisit les transformations infimes mais profondes de notre temps. Elle les consigne pour « sauver quelque chose du temps où l’on ne sera plus jamais » et dans un même mouvement, elle nous offre le récit de nos mutations.
En tournant le dos à l’immédiateté, elle démêle les filsde notre histoire et éclaire notre présent. C’est cela que nous voulons partager, le récit de nos vies, un récit qui nous replace dans la chaine des générations et redonne du sens à notre présent. «Ce que ce monde a imprimé en elle et ses contemporains, elle s’en servira pour reconstituer un temps commun, celui qui a glissé d’il y a si longtemps à aujourd’hui –pour, en retrouvant la mémoire de la mémoire collective dans une mémoire individuelle, rendre la dimension vécue de l’Histoire».
Parler, avec Les années, de notre époque. Mais à distance. Grâce à l’évocation des 70 dernières années de notre histoire. Pas moins.
Évocation grâce à la puissance des mots mais aussi des images, photos, films, archives, et des sons, chansons d’abord, et également des pubs ou des discours politiques.
Voyage doux et cruel.
En regardant l’évolution de la société, ses profondes mutations,ses métissages, ses promesses, il s’agira de tenter de comprendre les mécanismes invisibles qui ont prévalu au changement de société que nous vivons. Pas de dénonciation. Pas de colère. De l’étonnement certainement. Des faits.
Par la voix d’une femme qui a traversé ces années… la Reconstruction, les Trente Glorieuses, les Quarante Piteuses… tenter de comprendre donc, à travers la parole d’une seule, comment nous en sommes arrivés à une société de la résignation, de la détestation.
Par sa voix, observer comment les valeurs collectives, nécessaires pour cimenter la pertinence d’un «vivre ensemble» et l’équilibre des liens sociaux, ont été concrètement délaissées au profit de valeurs souvent antagonistes qu’on peine à définir.(l’hédonisme vs l’humanisme, la recherche de la performance vs la confiance en autrui…).
Par elle, suivre l’histoire des émancipations arrachées aux pressions sociales et familiales, à la force des habitudes
Béatrice Chatron

Dans votre agenda

Tout de suite après

Spectacle

Quaus de Lanla, Komred


Bal trad
samedi 9 décembre

Maison des Jeunes, Ambert

Pas très loin

Spectacle

Quaus de Lanla, Komred


Bal trad
samedi 9 décembre

Maison des Jeunes, Ambert